mirage

L’allergie aux protéines du lait de vache chez le nourrisson ( A propos de 20 cas )

Le Catalogue Collectif des Thèses en Afrique

Voir la notice simple de la thèse

dc.contributor.author Abdellaoui, Kaoutar
dc.date.accessioned 2015-03-13T11:49:59Z
dc.date.available 2015-03-13T11:49:59Z
dc.date.issued 2010-04-23
dc.identifier.uri http://toubkal.imist.ma/handle/123456789/1548
dc.description.abstract L’allergie aux protéines du lait de vache est la première allergie alimentaire à apparaître chez l’enfant, sa prévalence est élevée puisque l’on estime qu’elle atteint 2 à 3 % des nourrissons dans la population générale. L’ALPV correspond à une symptomatologie clinique variée et à des mécanismes physiopathologiques précis liés à une allergie à l’un ou plusieurs antigènes protéiques du lait, et donc une meilleure définition, une application plus stricte des critères diagnostiques et une évaluation critique des manifestations immunologiques peuvent aider à mieux comprendre et à mieux traiter cette situation. A ce propos, et après un rappel sur les généralités de cette pathologie, nous avons analysé les données de cette affection chez 20 malades et nous avons essayé de dégager les aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs. Notre travail est une étude rétrospective concernant 20 cas d’ALPV colligés au service de pédiatrie du CHU Hassan II de Fès, sur une période allant du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2009 : La fréquence de l’ALPV est estimée à 0,6% des malades hospitalisés durant la même période. L’âge de nos malades varie de 2mois à 19 mois avec un âge moyen de 2 mois. Le délai de la consultation est le plus souvent tardif ( Une moyenne de 4 semaines). La maladie touche les 2 sexes, avec une légère prédominance féminine (Sexeratio 1,2) . Notion d’atopie a été notée dans 10% des cas. 123 La diarrhée a constituée le principal signe révélateur dans 85% des cas, avec les vomissements 78%. Quant aux manifestations extra-digestives cutanées ou respiratoires sont retrouvées dans 20% des cas. Tous nos malades ont été mis sous régime d’exclusion avec remplacement par des hydrolysats de protéines, jusqu’à l’âge de 1 à 2 ans, période au cours de laquelle s’acquiert généralement une immunotolérance. L’évolution initiale était favorable pour tous nos malades sous régime d’exclusion. La tolérance au lait de vache doit être contrôlée par une épreuve de réintroduction, avant d’autoriser la reprise d’un régime normal, dans notre série, aucun cas n’a bénéficié de cette épreuve vue que la plupart de nos malades ont été perdus de vue et d’autre part, la période nécessaire pour la réintroduction n’est pas encore écoulée pour ceux qui ont un suivi régulier. L’ALPV fait partie des allergies les plus fréquentes chez le nourrisson, il faut renforcer la promotion de l’allaitement maternel et différer l’introduction de laits artificiels. fr_FR
dc.language.iso fr fr_FR
dc.publisher Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, Faculté de médecine et de pharmacie, Fès fr_FR
dc.subject Allergie fr_FR
dc.subject Protéine fr_FR
dc.subject Lait de vache fr_FR
dc.subject Nourrisson fr_FR
dc.subject Régime fr_FR
dc.subject Tolérance fr_FR
dc.subject Médecine fr_FR
dc.title L’allergie aux protéines du lait de vache chez le nourrisson ( A propos de 20 cas ) fr_FR
dc.description.collaborator Hida, Moustapha (Président & Rapporteur)
dc.description.collaborator Bouharrou, Abdelhak (Jury)
dc.description.collaborator Atmani, Samir (Jury)
dc.description.collaborator Chaouki, Sana (Jury)


Fichiers dans ce document

Cette thèse figure dans la collection suivante

Voir la notice simple de la thèse

Recherche


Recherche Avancée

Parcourir

Mon compte